•  

     

     

    La gentillesse 

     

      

      

     

      

    Je suis toujours à rouspéter, à pester contre quelqu’un, quelque chose, mais je sais reconnaître aussi ceux ou celles qui sont de bien agréables personnes.

     

    J’ai trouvé ce passe temps, le site, pour m’occuper la tête et le temps, et depuis sa création j’ai beaucoup de surprises, parfois un peu amère, moins aussi plutôt plaisantes.

     

      

    Il y a une amie, qui m’aide à trouver des gifs et qui participe à mon blog, une autre qui me fournit de merveilleuses photos, aussi deux, trois, qui participent, mais pour passer un petit moment ensemble. J’ai par le hasard des rencontres du Web, fait la connaissance de Véro, et il y a un ami qui me passe des courriers. C’est incroyable par ce moyen de communication, les amis (es) que j’ai pu me faire. Et quand par le hasard de leurs occupations je n’ai pas de leurs nouvelles, sitôt je suis inquiet, et pousse un ouf de soulagement quand le contact se renoue.

      

    Il y a aussi les étourdis, qui oublient de me donner le moyen de leur répondre, une adresse, je suis tellement embêté quand ça arrive, car je pense que cet interlocuteur ou interlocutrice doit penser que je suis impoli, mes amis (es) pensez bien, de mettre une adresse. Merci

     

      

    Sergio.

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

    Maman.

     

     Tu pensais que je ne te regardais pas ! 

     

     

     

    J'ai vu que tu mettais mon premier dessin sur le frigidaire 

     

    J'ai appris que tu étais fière de moi

     

    J’ai vu que tu nourrissais un chat errant

     

    J’ai appris qu’il faut bien soigner les animaux

     

     

     

    Tu pensais que je ne te regardais pas !

     

    J’ai vu des larmes couler de tes yeux

     

    J’ai appris que parfois des  petites choses nous blessent, et il est permis de pleurer

     

     

     

    Tu pensais que je ne te regardais pas

     

    J’ai vu que tu faisais mon gâteau préféré

     

    J’ai appris que des petites choses sont très agréables dans la vie

     

     

     

    Tu pensais que je ne te regardais pas

     

    J’ai senti un baiser sur ma joue pour me souhaiter bonne nuit

     

    Je me suis senti protégé par ton amour

     

     

     

    Tu pensais que je ne te  regardais pas !

     

    J’ai vu que tu faisais à manger pour le voisin malade et alité

     

    J’ai appris que nous devons aider et soigner les autres

     

     

     

    Tu pensais que je ne te regardais pas !

     

    J’ai vu que tu nettoyais bien partout

     

    J’ai appris que l’on doit respecter ce que nous avons

     

     

     

    Quand tu pensais que je ne te regardais pas !

     

    J’ai appris des leçons de la vie que je devais apprendre

     

    Comme toi, je dois être une personne bonne, gentille, et courageuse quand je serais grand !

     

    Je t’ai regardé et j’ai voulu te dire…Merci pour toutes ces choses que j’ai vu quand tu croyais que je ne te regardais pas  

     

      

     

    Maman

     

    Tu es ma fierté et mon meilleur exemple dans la vie. 

     

    SERGIO

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

      

     

     

     Les lueurs du jour

     

     

     

     

     

    À la première lueur du jour,

     

    Dernière heure de nos amours.

     

    Le soleil étend son aura,

     

    Tu me retires tes bras.

     

     

     

    Une belle journée s'annonce,

     

    Notre amour renonce.

     

    Les étoiles disent au revoir.

     

    Fin de notre nuit d'espoir.

     

     

     

    Le petit jour paraît,

     

    Lentement tu disparais.

     

    A bientôt ma belle fée,

     

    Notre aventure est consacrée.

     

     

     

    C’était notre destinée,

     

    Au rythme de tes tournées.

     

    Ô tendres nuits et petits jours,

     

    Pour y vivre nos amours.

      

    Sergio

     


    votre commentaire
  •  

    La neige sur marseille

     

     

     

     

    Marseille sous la neige

     

     

     

     

    La France a revêtu

     

    Un froid manteau tout blanc

     

    Mais, nous, on reste têtus :

     

    Où est le réchauffement ?

     

    C’est vrai qu’on est perdu

     

    Quand cela fait vingt ans

     

    Qu’à Marseille il n’y eut

     

    Tant de neige… et pourtant !

     

    Qui de nous n’a pas vu

     

    Un scientifique montrant

     

    Que les riches font bévues

     

    En si mal consommant ?

     

    Fébriles, on n’en peut plus

     

    Et on espère, lâchement,

     

    Que notre planète fourbue

     

    Se réchauffe prestement !

    Sergio

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

        

    Fuir

     

    Pour quiconque a une mère
    Qui lui rend vie amère,
    Survivre n’est qu’une longue fuite
    Dans laquelle… il l’évite !

     

    Mes autos miniatures,
    Mon vélo comme voiture,
    Puis mon cyclomoteur
    Servirent à mon bonheur.

    J’aimais tout ce qui bouge,
    Surtout de couleur rouge,
    Pour espérer tenter
    De pouvoir l’oublier.

     

    Seul, dans cette liberté,
    Sans son autorité,
    Je trouvais de l’air pur,
    Sous couverts d’aventures.

    Si venaient les vacances,
    Je saisissais la chance
    De choyer tous les cieux
    Où n’iraient pas ses yeux.

     

    Planqué dans mon maquis,
    Tout me semblait exquis :
    Je rêvais, en silence,
    D’un avenir moins rance.

    Sergio

     

    Lire la suite...


    votre commentaire